Réunion annuelle de l’OCDE: absence de consensus sur le climat et le commerce

Réunion annuelle de l’OCDE: absence de consensus sur le climat et le commerce
: | RFI
Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE avec Pedro Pablo Kuczynski, président du Pérou, Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, et Luis Alberto Moreno, président de la BID, le 9 juin 2017 à Paris. | REUTERS/Charles Platiau
Encore une conférence internationale qui se termine sur un désaccord. Depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, c’est désormais chose courante. Cette fois, c’est la réunion ministérielle de l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économique, qui s’est achevée jeudi 8 juin, à Paris, sur non pas une, mais deux déclarations finales. Impossible, en effet, de trouver un terrain d’entente avec les Etats-Unis sur le climat et le commerce. C’est, donc dans un communiqué publié parallèlement au texte officiel que le pays organisateur de ce sommet, le Danemark, a souligné «l’importance historique des accords de Paris» sur le climat et son refus du protectionnisme.

L’absence de consensus sur le changement climatique et le commerce mondial ne remet pas en cause l’utilité de l’OCDE selon Angel Gurria, le secrétaire général : « Si on dissolvait une organisation à chaque fois qu’un pays membre n’est pas d’accord avec les autres, alors on aurait déjà fermé l’OMC, l’ONU, la FAO, l’OIT, la Banque mondiale et le FMI. Nous avons discuté d’un très grand nombre de sujets fondamentaux afin de rendre la mondialisation profitable à tout le monde. Nous sommes d’ailleurs tombés d’accord sur le fait que pour l’instant, la mondialisation n’est pas vraiment un succès. Sur deux points précis, nous avons des divergences. Nous n’avons pas cherché à cacher ces désaccords. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *