Electrification rurale et sécurité : 16 milliards FCfa de l’Ue au Sénégal

L’Union européenne (Ue) et le Sénégal ont signé deux conventions de financement dans le programme d’appui au secteur de l’électrification rurale et celui de coopération pour la sécurité intérieure.

La signature a été effectuée à Bruxelles, le 8 juin 2017, par le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ, et le Commissaire européen pour la Coopération internationale et le développement, Neven Mimica, en présence du président de la République du Sénégal, Macky Sall, à l’occasion de sa visite aux Journées européennes de développement. D’un montant global de plus de 16 milliards de FCfa, sous forme de dons, « ce financement s’ajoute aux investissements financiers déjà réalisés par l’Ue au Sénégal dans ces domaines précités », a-t-on appris dans un communiqué. Financé à hauteur de 9 milliards 839 millions de FCfa, le programme d’appui à l’électrification rurale permettra, souligne le document, « d’améliorer l’accès aux activités agricoles et aux services électriques des ménages ruraux qui pourront ainsi renforcer durablement leurs moyens d’existence ». Ce programme d’appui à l’électrification rurale va toucher 150 villages pour une population d’environ 55.000 habitants.

Alors que le Programme de coopération pour la sécurité intérieure d’un montant de 6 milliards 559 millions de FCfa a pour objectif, précise la source, « de contribuer à la préservation du potentiel de croissance économique et de réduction de la pauvreté par la prévention et la réduction des facteurs de déstabilisation internes et externes ». « A travers ce financement, ajoute-t-on, l’Ue contribue à l’amélioration de l’efficience, de l’efficacité et de la redevabilité des services de sécurité intérieure pour lutter contre les grandes menaces ».

Ainsi, ce programme, selon les termes du contrat, « permettra aux services de sécurité intérieure d’être mieux outillés pour lutter contre le terrorisme et la criminalité organisée ». Par ailleurs, lit-on dans le communiqué, « ces services de sécurité intérieure seront mieux outillés pour le contrôle et la surveillance des frontières, y compris dans la lutte contre la migration irrégulière ».

S. Diam SY

 

www.lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *