La Cour suprême sud-africaine autorise des poursuites contre Jacob Zuma

La Cour suprême sud-africaine autorise des poursuites contre Jacob Zuma

© Wu Hong, AFP | Jacob Zuma, le président sud-africain, risque la réouverture d’un dossier de corruption vieux d’une dizaine d’années.

Texte par FRANCE 24      La justice sud-africaine a rejeté vendredi l’appel du président Jacob Zuma, permettant ainsi la réouverture d’accusations de corruption à son encontre. Le parquet doit maintenant décider s’il va poursuivre le chef d’État.

Jacob Zuma risque à nouveau de voir la justice se pencher sur son cas. La Cour suprême d’Afrique du Sud a rejeté vendredi 13 octobre l’appel du président contre la décision de relancer des accusations à son encontre, liées à une vente d’armes.

Le chef d’État fait l’objet de 783 inculpations dont des soupçons de corruption, fraude fiscale et extorsion de fonds. Il était accusé d’avoir touché des pots-de-vin pour un contrat d’armement de 4,2 milliards d’euros signé en 1999 avec plusieurs entreprises européennes, alors qu’il était vice-président du pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *