Festival de Taragalte: les mélodies traditionnelles font vibrer le Sahara

Des musiciens traditionnels du Sahara. Le festival de Taragalte célèbre le nomadisme.
© Guillaume Thibault/RFI

Plonger au coeur des traditions, faire vivre et entendre les populations du désert du Maroc jusqu’en Libye, c’est le pari fou lancé en 2009 par les frères Sbaye, Brahim et Halim : « Si tu m’écoutes, sans rien me donner, c’est déjà un don. C’est montrer qu’à travers la musique, la culture, on peut réunir les gens. C’est à travers cette révolution douce qu’on peut changer ce monde et combattre les conflits. »

Au coeur des dunes, des dizaines de tentes amazighes et deux scènes, gratuites. Locaux, festivaliers et musiciens cohabitent sur cet espace ouvert, libre, hors du commun. « Il ne s’agit pas juste d’un festival où l’on fait de la musique et l’on s’amuse, c’est un festival qui porte vraiment haut et fort les valeurs d’une région, d’une façon de vivre, le nomadisme. Longue vie au festival de Taragalte ! », s’exclame la marraine du festival de Taragalte, la chanteuse Oum.

Hier soir, la première soirée a été marquée par le concert du groupe Gabacho Maroc. Déchainement d’énergie organisé, maitrise instrumentale : avec sa fusion hors normes, Gabacho Maroc fait clairement parti de la sono mondiale.

Chacun amène sa part, ses influences, ses racines, on mélange tout ça et on s’éclate.
Le groupe Gabacho Maroc au festival de Taragalte
28-10-2017 – Par Guillaume Thibault

La grande chanteuse de Tamanrasset, la doyenne Lala Badi, mère spirituelle de tous les musiciens du Sahara, sera sur scène dimanche, et le virtuose du Oud, Aziz Sahmaoui, fidèle du festival, monte sur scène ce samedi.

Dans l’immensité du Sahara, isolé du reste du monde, le festival de Taragalte réussit à merveille à rassembler, en exemple parfait du métissage et du partage.

Le groupe Gabacho Maroc a fait montre de tout son talent et de son énergie pour enflammer la scène de Taragalte. © Guillaume thibault/RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *