Fin à Boghé de l’atelier sur la Malnutrition aiguë .

Le Maire de Boghé, Mr Ba Adama Moussa a ouvert et clôturé  ce jeudi 3 janvier 2019, l’atelier de la malnutrition aigue sévère et maladies associées au Brakna.

L’initiative de cet atelier  émane de la Masef en partenariat avec ONG Medicus Mundi et DRAS.

ONG Medicus Mundi appui à la prise en charge intégrée de la malnutrition aigue sévère et maladies associées au Brakna.

Les partenaires et  l’ong Medicus mundi ont décidé de lutter contre la malnutrition. Cette dernière, peut être  évitée…. Car la prévention est très efficace.

L’objectif : est de  réduire la malnutrition chez les personnes les plus vulnérables en surveillant l’état nutritionnel de sa communauté en continue pour lui garantir un meilleur état de santé.

Les personnes présentes à l’atelier ont pu comprendre la méthodologie  et les stratégies utilisées par  les agents du terrain MMS, les facilitatrices MASEF et Infirmiers de DRAS.

Il était question aussi, de la campagne dépistage qui a débuté 26 septembre au 5 octobre 2018, dans un rayon de 10km de l’ensemble des postes fonctionnels  de la wilaya du Brakna.

Les séminaristes ont  eu  à suivre  un exposé  sur  La malnutrition qui peut être soignée.

La malnutrition est une maladie ou mieux  le déséquilibre entre les besoins et les apports nutritionnels  chez un  individu.

Chaque partenaire (Medicus Mundi, Dras et Masef) a un rôle important à faire pour la réussite du programme.

La DRAS,  appui à la prise en charge intégrée de la malnutrition aigue sévère et les maladies associées. Les services concernés : CRENAS, CRENI avec la stratégie mobile dans les localités éloignées.

Quant au Masef, son appui est à la prévention de la malnutrition se situe au niveau de la sensibilisation, dépistage des enfants FEFA, les visites à domicile, et l’approche PB-mère.

Marieta Abdallah Dia,  Aminata Barry  et  Daouda Diop ont pris à tour de  rôle, la parole  dans leurs exposés pour élucider à l’assistance : la malnutrition.

Ils diront que : «  La malnutrition peut être  évitée  si la prévention  est très efficace.

Les conséquences de la malnutrition : Anémie (carence en vitamine A) sont : capacité physiques et productivités, performances cognitives, performances intellectuelles, immunocompétences, morbidité infectieuse, troubles du comportement, Anémies sévères  chez les femmes enceintes : 20% des décès maternels, le risque aussi mobilité fœtale, risque prématurité et de faible poids de naissance.

Ensuite, les troubles dus à la carence en iode (TDCI) sont : Goitre, retard intellectuel et mental, crétinisme, mortalité périnatales (enfants- morts nés, fausses couches) et Stérilités. »

Le dépistage actif est fait par les relais communautaires, les accoucheuses, Masef, mères d’enfants guéris, grands- mères, leaders communautaires religieux, Enseignants etc. ….  Ce gros travail de dépistage actif se fait pendant les visites à domicile, lors de toutes activités communautaire (vaccination en stratégie avancées et  autres campagnes) et  tout autre contact avec  l’enfant.

Les enfants ciblés sur ce problème de malnutrition sont les enfants âgés de 6 mois à 59 mois.

Le maire de Boghé  a remercié l’initiative et les participants

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *