Un Américain traverse l’Antarctique en solo, sans assistance

 africanews.com

Un Américain traverse l'Antarctique en solo, sans assistance

Près de 1.600 kilomètres en 54 jours, en solo et sans assistance. C’est le dernier exploit de l’Américain Colin O’Brady qui a entrepris de traverser dans des conditions extrêmes les terres glacées de l’Antarctique.

Pour ajouter un exploit à ce qui en était déjà un, l’ancien triathlète professionnel de 33 ans a parcouru les 125 derniers kilomètres d’une traite. Après trente-deux heures, sans dormir, il est arrivé mercredi à destination.

Il a pris le départ du campement de Union Glacier le 3 novembre en compagnie de Louis Rudd, un militaire britannique de 49 ans. Les deux hommes, qui tentaient chacun d‘être le premier à accomplir ce périple en solo et sans assistance, ont ensuite cheminé séparément.

« Je suis parvenu à mon objectif : devenir la première personne de l’histoire à traverser le continent Antarctique d’une côte à l’autre, en solo, sans assistance et sans aide ».

“Il est temps de quitter la maison et de se diriger vers la froide Antarctique. C’est ma dernière nuit dans le Sleep Number . Ca a fait tellement du bien de dormir dans ce lit pendant que je me préparais pour l’Antarctique. Et il va beaucoup me manquer quand je dormirai par terre dans le désert glacé, mais le sommeil a été tellement important pour ma guérison et ma préparation, et j’ai hâte de revenir vers ce lit, de l’autre côté de l’Antarctique”, a-t-il regretté avant son départ.

Pendant toute son aventure, qui lui a fait traverser l’Antarctique, il était suivi par GPS et les détails de son aventure ont été publiés chaque jour sur son site, colinobrady.com.

Passé par le pôle Sud le 12 décembre, Colin a fini son périple mercredi sur la barrière de Ross, au bord de l’océan Pacifique. Louis Rudd se trouvant un jour ou deux derrière lui.

Son exploit a été qualifié d’“un des plus remarquables dans l’histoire polaire” par le New York Times, en comparaison de la “course pour le pôle Sud” qui a opposé le Norvégien Roald Amundsen au Britannique Robert Falcon en 1911.

Avant lui, l’explorateur norvégien Borge Ousland avait été le premier à traverser le continent blanc en solo, mais il avait été aidé par un “parafoil” (un cerf-volant ressemblant à un parapente)en 1996-1997. D’autres aventuriers ont eux été ravitaillés en cours de route.

Le lieutenant-colonel britannique Henry Worsley a trouvé la mort en 2016 en essayant de traverser l’Antarctique seul et sans assistance. D’autres ont fait demi-tour.

Colin O’Brady n’en est pas à son premier record. En 2016, il avait escaladé les sommets les plus élevés des sept continents, dont l’Everest, en 132 jours, ce qui a fait de lui le plus rapide “grimpeur des sept sommets”.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *