Mauritanie/Pénurie de timbres fiscaux: les candidats aux examens nationaux victimes de la spéculation !

Mauritanie/Pénurie de timbres fiscaux: les candidats aux examens nationaux victimes de la spéculation !

Tawary – Depuis plus de trois mois, le timbre fiscal d’une valeur de 200UM-A qui équivaut à 20UM-N est introuvable aussi bien au niveau des Recettes des impôts, des étals de Mauripost, du Trésor public que des kiosques multi-services.

À titre d’exemple, dans les quatre coins du centre-ville, plus précisément dans les wilayas de Nouakchott, le timbre n’est plus disponible depuis au moins trois mois.

À Nouakchott, la semaine dernière, les tentatives des candidats au BEPC et au baccalauréat pour acquérir ce timbre auprès des agences et services des postes ou de la Recette des impôts ont été vaines. Pour les employés qui les ont reçus, la pénurie est réelle et le timbre est introuvable.

“Peut-être qu’il est disponible au niveau des papeteries ou des buvettes situées à la DEC, au MEN et au Trésor public, mais avec des prix élevés”, suggéra un agent en service dans ce département. Après un déplacement sur les lieux, peine perdue, pour un groupe de candidats, fustige Amadou.

« Nos démarches ont été vaines dans les différentes zones », témoigne Aicha, candidate au BEPC. Non, loin d’elle, Oumar, candidat libre au bac, dit avoir fait le tour de la ville, mais, il n’a pas pu trouver de timbre.

Tandis qu’Amina, dit avoir payé deux timbres de 200UM-A déjà utilisés pour son frère et sa sœur tous deux candidats au bac, à 200UM-N. Elle affirme que certains en ont profité pour tripler et même quadrupler le prix sur le dos des pauvres élèves. Même son de cloche chez Mahjouba, qui jure avoir payé pour ses frères et cousins, 5 timbres, à 70UM-N, l’un avec un vendeur de journaux près de la BMCI, siège.

Ce qui rend la situation grave, pour ne pas dire proche du troublant, c’est que même les timbres de 100UM-A ou d’une valeur supérieure, disponibles, ne sont pas acceptés sur les demandes manuscrites du Brevet et du Bac.

Pour plus d’informations sur cette situation, notre reporter s’est approché de certains responsables dans les différents services, mais ils n’ont pas voulu s’exprimer sur la question.

Toutefois, un planton du trésor, sous le couvert de l’anonymat, explique cette pénurie par la forte demande sur le timbre de 2OOUM-A générée ces derniers temps par le besoin en certificat de nationalité exigé dans les dossiers des études, d’emploi et de candidatures, entre autres. Une forte demande qui n’a pas été prise en compte dans les prévisions des responsables des Recettes locales des impôts.

La conséquence directe de la pénurie des timbres fiscaux est la présence de centaines, voire de milliers de candidats aux examens nationaux restent deux facteurs parallèles.

Que feront les candidats qui craignent le rejet de leurs dossiers sans timbre ? Une source au sein de l’une des directions régionales de l’Éducation nationale à Nouakchott a déclaré qu’elle expliquera ce fait aux autorités chargées de la validation des dossiers de candidatures pour que les élèves ne soient pas pénalisés.

La conséquence indirecte de cette pénurie est le manque à gagner pour le Trésor public. Les droits fiscaux dont doit s’acquitter le citoyen lors de la demande de certains documents sont des recettes fiscales qui alimentent les différentes caisses de l’Etat.

Alors qui peut expliquer davantage cette rupture de stock dont certains en ont profité pour faire des affaires avec la technique commerciale la plus utilisée : la spéculation ?

Par A.SIDI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *