Ouverture du Musée du Cercle Africain à Pointe Noire au Congo [This is Culture]

africanews.com

Le choix du rond Point Lumumba pour l’ouverture du Musée ? Tout un symbole, qui remonte à l‘époque coloniale ou les autochtones congolais ayant acquis la nationalité française, se sont vus refuser l’accès au Cercle civil où se retrouvait en plein centre ville, l‘élite française. C’est ce qu’explique Yvon Nkouka, qui a piloté le projet.

“C’est un phénomène important parce que ça reste la limite démographique du centre-ville où se trouve une certaine élite mixte entre les locaux et les expatriés… et le reste de la population qui est toujours démographiquement installée de l’autre côté du rond-point. Et afin de favoriser la culture, le prix d’accès au Musée est fixé à la modique somme de 500 FCFA, donc moins d’un dollar, et il est gratuit pour les enfants de moins de 14 ans. C’est pour permettre aux plus jeunes de venir ici retrouver l’histoire de leur culture et vous savez que dès qu’on parle d’histoire on parle d’identité et si on parle d’identité, on se projette dans le futur”.
__
Un devoir de mémoire donc, et un début de réponse en des temps où la restitution du patrimoine culturel africain au continent fait débat.

“C’est très important car jadis, nous n’avions pas d‘établissement comme celui-ci à Pointe Noire, plus particulièrement au Congo. Mais aujourd’hui nous avons des Musées, où nous pouvons conserver les collections. Donc si aujourd’hui, on peut nous restituer les collections, nous avons désormais des structures pour les accueillir !”, explique Samuel Mabanza, le conservateur du Musée.

C’est pour permettre aux plus jeunes de venir ici retrouver l’histoire de leur culture et vous savez que dès qu’on parle d’histoire on parle d’identité et si on parle d’identité, on se projette dans le futur.

Ancien lieu culturel pour les Congolais, avant d‘être transformé en Cour de justice et de finalement tomber à l’abandon, le bâtiment a été réhabilité et transformé en 2017 pour devenir ce Musée, grâce à la coopération entre l‘État congolais et la société Eni, sous le patronage de l’Unesco.
Depuis son ouverture au public le 4 décembre, le Musée du cercle africain avait déjà accueilli au 31 décembre plus de 600 visiteurs, et de nombreux groupes scolaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *