Édouard Philippe déclare l’état d’urgence fiscale

lefigaro.fr
Édouard Philippe déclare l’état d’urgence fiscale

INFOGRAPHIE – Depuis le Grand Palais où il rendait compte des contributions des Français pendant le grand débat, le premier ministre a voulu répondre à «l’exaspération fiscale».

Le mal s’est aggravé. Diagnostiqué dès août 2013 par Pierre Moscovici, alors ministre de l’Économie, le «ras-le-bol fiscal» des Français a franchi un cap pour atteindre la «tolérance fiscale zéro». À en juger par les propos d’Édouard Philippe, qui rendait compte lundi à Paris des principaux enseignements du grand débat national, la baisse des impôts fait désormais figure d’urgence nationale. «Les débats, je le crois, nous indiquent clairement la direction à prendre: nous devons baisser et baisser plus vite les impôts», a expliqué le premier ministre depuis le Grand Palais à Paris. En jeu: répondre à l’«immense exaspération fiscale» des Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *