Impliqué dans un scandale de corruption, l’ex-président du Pérou se suicide

Impliqué dans un scandale de corruption, l’ex-président du Pérou se suicide
Copyright de l’image AFP/Getty Images
Image caption Impliqué dans un scandale de corruption, l’ex-président du Pérou, Alan García, s’est suicidé.

L’ancien président péruvien, Alan García, s’est suicidé alors que la police venait l’arrêter.

L’ex-chef de l’Etat du Pérou est décédé à l’hôpital Casimiro Ulloa de la capitale, Lima, où il avait été admis en chirurgie pour « une blessure par balle à la tête ».

Il était accusé d’avoir accepté des pots-de-vin de l’entreprise de construction brésilienne Odebrecht. Des policiers avaient été envoyés pour l’arrêter en lien avec ces accusations.

Les enquêteurs affirment qu’il a reçu des pots-de-vin d’Odebrecht au cours de son second mandat, dans le cadre d’un projet de construction d’une ligne de métro dans la capitale.

Lire aussi :

Pérou : perquisitions chez l’ex-président

Pérou: Fujimori demande pardon

Odebrecht est un géant brésilien de la construction à l’origine de grands projets d’infrastructure dans le monde entier. Suite au travail des enquêteurs anti-corruption, la société a admis avoir versé des pots-de-vin dans plus de la moitié des pays d’Amérique latine, ainsi qu’en Angola et au Mozambique. Odebrecht a reconnu avoir versé près de 30 millions de dollars US (17 milliards de franc CFA) en pots-de-vin au Pérou depuis 2004.

Mais M. García, qui a été président de 1985 à 1990, puis de 2006 à 2011, a toujours nié les accusations portées contre lui et se disait victime de persécutions politiques. Il avait demandé l’asile à l’ambassade d’Uruguay à Lima mais sa demande avait été rejetée.

Corruption : le patron des Jeux de Rio arrêté

Un ancien ministre sierra-léonais arrêté pour corruption

Les quatre derniers présidents péruviens font tous l’objet d’une enquête pour corruption présumée, et un cinquième – Alberto Fujimori – purge une peine de prison pour corruption et violations des droits humains.

Ollanta Humala, au pouvoir de 2011 à 2016, accusé d’avoir accepté des pots-de-vin d’Odebrecht pour financer sa campagne électorale, est en détention provisoire au Pérou. Alejandro Toledo, au pouvoir de 2001 à 2006, accusé d’avoir reçu des millions de dollars en pots-de-vin, toujours d’Odebrecht, est actuellement en fuite aux États-Unis. L’actuel chef de l’opposition, Keiko Fujimori, est également en détention provisoire pour avoir reçu 1,2 million de dollars US (près de 700 millions de Francs CFA) en pots-de-vin, encore d’Odebrecht.L’ex-leader Pedro Pablo Kuczynski a été transporté à l’hôpital pour hypertension mercredi, quelques jours seulement après son arrestation en lien avec les accusations portées contre Odebrecht.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *