Le prix du pétrole bondit après une attaque de drones sur un oléoduc saoudien

Plate-forme de production pétrolière située dans les champs pétrolifères de Soroush dans le golfe Persique.©REUTERS/Raheb Homavandi

Le baril de Brent a dépassé les 71 dollars ce mardi. Une hausse causée par une attaque de drones sur des installations pétrolières saoudiennes majeures.

Une attaque de drones revendiquée par les rebelles yéménites houthis, alliés de l’Iran, a provoqué un incendie tôt dans la matinée de mardi sur le principal oléoduc d’Arabie saoudite, celui qui traverse toute la péninsule d’est en ouest, jusqu’au terminal portuaire de Yanbu, sur la mer Rouge. Le ministre saoudien du Pétrole a indiqué que les opérations de pompage avaient été interrompues pour permettre d’évaluer les dégâts. Etant donné l’énorme capacité de cet oléoduc, plus de 5 millions de barils par jour, soit plus de la moitié de la production saoudienne, les marchés pétroliers n’ont pas tardé à répercuter la nouvelle sur les cours : le baril de Brent comme le baril de brut américain ont bondi de plus d’1 % une seule journée. A Londres on a dépassé les 71 dollars, plus haut niveau depuis l’aggravation des sanctions pétrolières américaines contre l’Iran, le mois dernier.

Sabotages mystérieux dans le détroit d’Ormuz

Depuis cette décision de l’administration Trump, la tension est montée d’un cran au Moyen-Orient. Les gardes de la révolution iraniennes ont menacé le mois dernier de fermer le détroit d’Ormuz, passage d’un cinquième du commerce mondial de pétrole. Or dimanche quatre tankers ont subi une mystérieuse attaque dans ce même détroit, au large des Emirats Arabes Unis : deux tankers saoudiens, un tanker norvégien et un tanker émirien, le courtier maritime Intertanko a confirmé les impacts sur la coque des navires. Il n’y a pas de revendication pour l’heure. Mais Washington soupçonne Téhéran d’être derrière également derrière cette précédente action de sabotage.

Le conflit commercial sino-américain modère la hausse des prix

Malgré ces tensions, le prix du pétrole s’est un peu replié en fin de journée mardi. Il est repassé sous les 71 dollars à Londres. Première raison : des dégâts limités sur l’oléoduc saoudien et le fait que depuis le début de l’année ce tuyau est beaucoup moins utilisé que l’an dernier. Deuxième raison : les marchés sont aussi très sensibles à la dégradation du contexte économique et commercial mondial, puisque Pékin vient d’alourdir ses taxes contre les produits américains. Ce qui augure une moindre consommation de pétrole, et donc calme les prix. Ce qui est certain, c’est que la volatilité des cours risque de perdurer, entre risques sur l’offre et risques sur la demande de pétrole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *