au Sénégal : ÉLECTIONS LOCALES : L’Ue recommande l’abandon du parrainage

lesoleil.sn

 

 La mission d’observation électorale de l’Union européenne qui a présenté son rapport final de la présidentielle, ce lundi, demande une révision du système de parrainage en perspective des locales. La cheffe de la mission Elena Valenciano a proposé, au cours d’une conférence de presse à Dakar, la tenue de larges concertations entre acteurs

Quatre mois après le scrutin du 24 février dernier, la mission d’observation électorale de l’Union européenne vient de rendre public son rapport final contenant les recommandations susceptibles de contribuer à l’amélioration du processus électoral.

Parmi les 8 recommandations prioritaires, qui ne sont pas des obligations mais des pistes de réflexion, contenues dans ce rapport, Elena Valenciano a mis le focus sur la révision du système de parrainage en perspective des locales et demande à ce que des discussions soient engagées, à cet effet, dans le cadre de larges concertations.

« La mission de l’Ue préconise l’abandon du parrainage-citoyen pour les élections locales, dont l’application poserait des problèmes politiques et organisationnels sérieux. Nous recommandons également de mener une réflexion d’ensemble sur les dispositifs du parrainage-citoyen pour les élections présidentielle et législatives » a-t-elle souligné.

Dans cette optique, elle ajoute que « ce n’est pas le principe du parrainage que nous réfutons mais nous estimons que le parrainage pour les locales peut constituer un danger, nous demandons dans notre rapport de réviser le parrainage pour les autres élections. Il faut donner une cohérence aux candidatures ».

« Nous n’avons noté aucun impact substantiel sur l’intégrité du vote »

Par ailleurs, si du côté de l’opposition, des voix continuent à contester la sincérité du vote, la mission de l’Union européenne considère que si des dysfonctionnements ont été relevés, avec notamment des problèmes techniques, logistiques, il n y a aucun élément qui puisse remettre en cause les résultats du vote.

« Un climat de méfiance a prévalu, nous avons noté aussi bien des performances que des dysfonctionnements. Il y’a un certain nombre de problème, un héritage de ce qui s’est passé en 2017. Mais nous n’avons pas noté d’impact substantiel sur l’intégrité du vote »  fait savoir le chef observateur adjoint, Gilles Saphy.

La problématique de l’accès au fichier électoral a été aussi évoquée. «  C’est une mesure de confiance et de transparence. Il est recommandé d’amender le code électoral de façon à accorder aux partis politiques et aux entités regroupant des candidats indépendants un droit d’accès à tout moment aux données figurant sur le fichier électoral à la condition qu’ils s’engagent par écrit à ne pas en faire un usage commercial » a souligné Mme Eléna Valenciaono.

Par ailleurs, elle plaide pour la mise en place de mécanismes aptes à garantir la neutralité et l’efficacité de la Commission électorale nationale autonome (Cena) dans la supervision du processus électoral, à renforcer l’efficacité des commissions de distribution des cartes d’électeur et à assurer la traçabilité de leur distribution.

Les observateurs de l’UE « recommandent de garantir des conditions de campagne équitables en envisageant notamment un système de financement public des partis politiques encadré par une institution indépendante, et d’accroître la neutralité et l’efficacité du CNRA dans la supervision des médias en période électorale ».

Matel BOCOUM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *