Sur les plages de Djerba, la Méditerranée rejette les corps des migrants

 .lemonde.fr

Au sud-est de la Tunisie, les naufrages d’embarcations en provenance de Libye rejettent sur les plages les corps de ceux qui voulaient gagner l’Europe.

Par Lilia Blaise Publié hier à 18h13, mis à jour à 03h18

Deux corps sur une plage de Djerba, en Tunisie, le 6 juillet
Deux corps sur une plage de Djerba, en Tunisie, le 6 juillet ANIS MILI / AFP

Sur la plage d’Aghir de l’île de Djerba, au sud de la Tunisie, il y a plus de cadavres que de baigneurs en ce début de mois. Lundi 1er juillet, un canot a coulé au large. Une embarcation partie à l’aube de la ville libyenne de Zouara, à 120 kilomètres à l’ouest de Tripoli, avec quatre-vingt-six personnes à bord. Trois ont été repêchées vivantes. La mer rend les autres, une à une.

« Moi, j’en peux plus. Là, c’est trop. » Chemseddine Marzoug, le pêcheur qui depuis des années offre une dernière demeure aux corps que la mer rejette, dit son ras-le-bol. « J’ai enterré près de 400 cadavres et, là, des dizaines vont encore arriver dans les jours qui viennent. Ce n’est plus possible, c’est inhumain et nous ne pouvons pas gérer ça tout seuls », se désespère le gardien du cimetière des migrants de Zarzis, ville située au sud-est de la Tunisie près de la frontière avec la Libye.

Lire aussi En Tunisie, un volontaire du Croissant-Rouge se bat pour enterrer dignement les migrants échoués à Zarzis

La mer est calme en ce début d’été. Cela pourrait être un beau début de saison pour les habitués qui ont dressé tentes et parasols. Mais, dans l’air, il y a comme une tension. Une embarcation arrive par la mer, une ambulance de la protection civile par la terre.

« Va faire un tour avec ton enfant et reviens plus tard », demande sèchement un garde national à une rare baigneuse dans l’eau avec son enfant. Sur le bateau, plusieurs gardes maritimes portent des masques.

« Trouver un camion frigorifique »

Dans le canot qu’ils traînent, une forme humaine se devine sous une bâche verte. Rapidement, elle est glissée dans un sac mortuaire et déposée sur le sable. Premier d’un alignement macabre de sept corps repêchés dans la matinée de samedi, auxquels ont été ajoutés sept autres dans l’après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *