– Algérie : Saisie d’une importante somme de devises dans des boites de dattes

 

Observ’Algérie – Le juge d’instruction près le Tibunal de Dar El Beïda, à Alger, a mis, au cours de cette semaine, deux ressortissants mauritaniens sous mandat de dépôt et les a transférés à la prison d’El Harrach pour avoir tenté de transférer illicitement la somme de 250’000 euros.

Les douaniers et les policiers ont découvert cette somme enfouie dans des boites de dattes. La saisie a eu lieu à l’aéroport international d’Alger, selon le site arabophone Echorouk. Selon la même source, c’est un étudiant de nationalité mauritanienne qui transportait cette importante somme dans ses bagages.

D’après les premiers éléments de l’enquête, il avait un complice, un quinquagénaire qui devait prendre le même avion. Le mis en cause a été arrêté alors qu’il n’avait pas encore accédé à l’avion d’Air Algérie, qui devait se diriger vers la capitale mauritanienne, Nouakchott.

C’était au niveau du contrôle par le scanner que les douaniers ont découvert que l’étudiant mauritanien avait bien agencé les 250 000 euros entre des dattes.

De la devise pour la Mauritanie

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’étudiant ne savait rien du contenu des boites de dattes. C’est le complice qui lui a remis les boites en question afin de les prendre en Mauritanie. Pour lui, elles ne contenaient que des dattes, alors que le quinquagénaire les avait remplies de billets de banque.

Ce dernier sera également entendu avant sa mise sous mandat de dépôt, en attendant le jugement des deux complices pour transfert illicite de devises.

Les services des douanes et la police des frontières procèdent souvent à la saisie de sommes en devises au niveau des ports et des aéroports d’Algérie. Mais ces saisies se sont multipliées depuis le déclenchement du mouvement populaire en février dernier.

En effet, plus de quatre millions d’euros ont été saisis entre février et la fin du mois de juillet, selon un responsable des douanes. Selon le directeur de la communication au niveau des douanes, les douaniers et la Police algérienne aux frontières (PAF) ont renforcé les contrôles de sécurité au niveau des infrastructures portuaires et aéroportuaires du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *