Communiqué explicatif à propos de la société Kenz Mining.sa

Communiqué explicatif à propos de la société Kenz Mining.saKenz Mining.sa – Kenz Mining a débuté ses activités dans la ville de Chami à la fin de I’année 2016 et au début de celle de 2017 en partenariat avec le ministère du pétrole, de l’énergie et des mines ; afin de mettre en place un centre d’orpaillage traditionnel en dehors de cette ville pour limiter les dommages causés par le traitement du minerai et les effets environnementaux résultant de la poussière et des produits chimiques utilisés par les orpailleurs.

La réalisation du centre vient suite à une proposition et un engagement de la société auprès du ministère du pétrole, de l’énergie et des mines pour la mise en æuvre d’une stratégie et d’un plan d’action clair sur le court et le long terme par lesquels le ministère envisageait une solution radicale aux problèmes causés par l’orpaillage.

Le ministère, après analyse par ses structures compétentes (techniques et juridiques) d’un projet d’accord avec la société s’est engagé par la signature dudit accord le 23 janvier 2016.

Le 23 janvier 2016, après avoir été présenté aux autorités techniques et juridiques du ministère. En fait, la société a élaboré un plan de l’infrastructure de base nécessaire au bon fonctionnement du centre de Chami sur une superficie de 42 hectares.

Les aménagements ont porté, à ce jour, sur : les bureaux, la mosquée, les toilettes, les logements pour les gardiens, le lotissement des parcelles, la mise en place d’un nombre suffisant de poteaux électriques et d’un réseau d’alimentation en eau. Ceci en plus de la disponibilisation de l’eau par citerne en attendant les prospections pour une source d’eau souterraine propre au centre.

Le centre dispose actuellement d’une clôture en grillage conforme aux spécifications internationales en matière de contrôle des entrées et des sorties et un lieu spécial et temporaire pour le stockage des résidus issus de l’orpaillage. Ensuite, plus de 1 400 parcelles ont été distribuées gratuitement aux orpailleurs.

Ces parcelles abritent actuellement 1 000 concasseurs. Tous les ateliers qui étaient éparpillés dans les ruelles de la ville de Chami ont été regroupés dans le centre pour préserver la ville de toutes sources de pollution. Cette action dénote de la réussite de l’état et de la politique du ministère des mines dans la gestion de l’orpaillage et la préservation de la ville de Chami contre la pollution.

Le centre de Chami d’orpaillage traditionnel est devenu une opportunité pour les orpailleurs et les propriétaires d’ateliers de pratiquer leurs activités minières et aux services associés tels que le commerce et autres prestations de se développer.

I1 a également facilité aux autorités spécialisées le recouvrement des taxes qui ont pu atteindre des dizaines de millions versés au trésor de la Moughataa de Chami. Il a aussi fourni à la Banque centrale de Mauritanie l’occasion d’acheter sa production d’or dont la valeur s’élève à près de 100 millions d’ouguiyas nouvelles.

Conformément à la décision ministérielle n°0394, Kenz Mining a obtenu une licence pour la petite exploitation minière à une distance de 14 km du centre d’orpaillage traditionnel de Chami. Elle a aussi bénéficié d’une autorisation conjointe N’404 pour le traitement des Résidus issus de l’orpaillage qui lui permettra de mettre en place une usine pour le traitement des résidus issus du centre et d’autres sites.

Kenz Mining a commencé par les études préalablement nécessaires à la construction de son usine, en commençant par l’étude de faisabilité, l’étude géophysique, l’étude géotechnique et enfin par l’étude d’impacts environnementaux, qui s’est soldée par un avis favorable de faisabilité environnementale du ministère de l’Environnement.

La société a également entrepris une prospection intensive d’eau souterraine dans les limites de son permis et a foré deux forages. Elle a construit une piste en remblai reliant son site à la route Nouakchott- Nouadhibou.

Il est à noter que Kenz Mining n’a reçu aucune compensation financière de la part de l’État représenté par le ministère des mines en contrepartie de la construction du Centre d’orpaillage de Chami (aménagements décrit plus haut) et de son fonctionnement pendant toute cette période.

Par contre, elle a bénéficié d’une licence pour traiter les résidus issus de l’orpaillage, comme d’autres sociétés. Cependant, depuis son arrivée à Chami, la société a constaté des obstacles et du harcèlement de la part des hommes d’affaires de la région. Elle n’a pas accordé beaucoup d’importance à cette situation qu’elle considère légitime dans un climat de compétition et de recherche de l’intérêt particulier. C’est pourquoi, elle a continué dans la préparation de son projet en étroite collaboration avec les services compétent de l’état.

Cependant, nous avons remarqué l’escalade du harcèlement par la mobilisant de l’opinion publique et même la destruction de la propriété privée par des citoyens poussés par leurs leaders qui ne sont autres que des concurrents.

Enfin nous avons reçu une lettre du ministère des mines nous demandant d’arrêter les travaux d’installation du projet jusqu’à nouvel ordre. Dans l’immédiat nous avons donné ordre à tous nos services et sous-traitants d’arrêter et de retirer les engins et machines du site malgré les pertes qui en découlent et la gêne devant nos partenaires étrangers, Parce que nous sommes respectueux des décisions de l’état, conscient de sa souveraineté et de sa justice.

Nous attendons d’être rétablis dans nos droit et autorisés à poursuivre nos travaux sur le site qui nous a été attribué.

Dieu accorde la réussite.

Le Président Directeur Général

El Houcein Mohamed Abass

18 Septembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *