Nouvel accroc iranien à l’accord sur le nucléaire

Téhéran a annoncé mardi la reprise d’un enrichissement dans l’usine souterraine de Fordo, au sud de la capitale. Cette mesure correspond à la quatrième phase du plan de réduction des engagements iraniens en riposte au retrait américain de l’accord.

Par

Le président iranien Hassan Rohani à Téhéran, le 5 novembre.
Le président iranien Hassan Rohani à Téhéran, le 5 novembre. HO / AFP

C’est un nouvel accroc au traité de juillet 2015 (JCPoA) mettant sous contrôle international le programme nucléaire iranien. Comme annoncé, les autorités iraniennes ont encore un peu réduit leurs engagements en matière nucléaire en annonçant la reprise d’un enrichissement, dans l’usine souterraine de Fordo, à quelque 180 kilomètres au sud de Téhéran, qu’elles avaient gelé en vertu de l’accord de Vienne.

Cette mesure correspond à la quatrième phase du plan de réduction des engagements iraniens en riposte à la dénonciation unilatérale de l’accord de Vienne par Washington. Depuis mai, Téhéran a commencé à produire de l’uranium enrichi à 4,5 %, un taux supérieur au plafond de 3,67 % prévu par l’accord mais loin des 90 %, le taux nécessaire pour un usage militaire. L’Iran accumule désormais 5 kilos d’uranium enrichi par jour s’affranchissant de la limite de 300 kilos maximum de stock imposée par le JCPoA.

Stratégie de « pression maximale »

L’annonce du président Hassan Rohani survient au lendemain de l’expiration d’un délai donné par Téhéran afin que les autres parties – toujours signataires au traité – l’aident à contourner les conséquences du retrait en mai 2018 des Etats-Unis de ce pacte signé entre les 5 +1 (les membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne) et l’Iran. Un an plus tard, en mai 2019, l’administration Trump, décidée à appliquer une stratégie de « pression maximale », avait encore durci ses sanctions unilatérales avec la suppression des exemptions dont bénéficiaient encore les huit principaux clients du brut iranien dont, notamment, la Chine, l’Inde et le Japon.

Lire aussi Washington renforce ses sanctions contre l’Iran

Cette stratégie d’accrocs répétés au traité vise à isoler les Américains tout en évitant l’irréparable. Hassan Rohani a ainsi précisé que les centrifugeuses de Fordo seraient maintenues sous le contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), comme le reste des activités nucléaires de l’Iran, soumis au régime d’inspection le plus strict jamais mis en place par cet organe de l’ONU. Il a aussi tenu à rappeler que les mesures prises par la République islamique étaient « réversibles » et que Téhéran était prêt à revenir à l’application complète de ses engagements dès lors que les autres parties à l’accord de Vienne respecteront les leurs. Il ne ferme donc pas la porte à une reprise des négociations alors que la nouvelle décision risque de faire à nouveau monter la tension dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *