Carlos Ghosn: «Cette histoire ne tient pas la route»

LEFIGARO.FR

ENTRETIEN – À Beyrouth, l’ancien patron de Renault et Nissan commence à dérouler sa défense, avec une envie manifeste de revanche.

Carlos Ghosn, ancien patron de Renault et Nissan.
Carlos Ghosn, ancien patron de Renault et Nissan. Abd Rabbo Ammar/ABACApour le Figaro/Abd Rabbo Ammar/ABACA pour le Figaro

«Je ne vais pas dévoiler ma stratégie juridique. Mais je regarde qui a fait quoi, qui a été impliqué, quels sont les noms. Maintenant que je suis sorti, je peux appeler les gens, je peux avoir des informations. On m’avait mis dans une cage, j’étais pieds et poings liés. Maintenant, la situation est différente». Au lendemain de sa conférence de presse retentissante à Beyrouth, Carlos Ghosn n’a rien perdu de sa détermination ni de sa hargne. Son évasion du Japon ne lui suffit pas, il lui faut une revanche. Contre ceux, chez Nissan, qui ont voulu sa perte, contre le cabinet d’avocats Latham & Watkins qui travaille pour le constructeur japonais, contre le bureau du procureur de Tokyo bien sûr, contre certains responsables politiques de l’Archipel aussi, peut-être.

Selon un écho paru le 9 janvier dans le Mainichi, Shinzo Abe aurait déclaré, dans le cadre d’un dîner en compagnie de quelques grands patrons japonais, qu’il aurait à l’origine préféré que cette affaire se traite en interne chez Nissan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *