Réuni à Pau, le G5 Sahel fixe un nouveau cadre pour l’opération «Barkhane»

.lefigaro.fr

Les chefs d’État ont annoncé un recentrage de la mission et appelé Paris à poursuivre son engagement.

Le président français Emmanuel Macron, entouré (à partir de sa droite) de ses homologues tchadien, nigérien, malien, burkinabé et mauritanien, Idriss Déby, Mahamadou Issoufou, Ibrahim Boubacar Keita, Roch Marc Christian Kaboré et Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, lundi soir à Pau.
Le président français Emmanuel Macron, entouré (à partir de sa droite) de ses homologues tchadien, nigérien, malien, burkinabé et mauritanien, Idriss Déby, Mahamadou Issoufou, Ibrahim Boubacar Keita, Roch Marc Christian Kaboré et Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, lundi soir à Pau. REGIS DUVIGNAU/REUTERS

De notre envoyé spécial à Pau

Le sommet sur le Sahel convoqué lundi par Emmanuel Macron au pied des Pyrénées a été bref, mais pas sans importance. À Pau, le président français et les cinq chefs d’État du G5 (Burkina Faso, Niger, Mali, Tchad, Mauritanie) sont venus pour afficher une union que les récents critiques de Barkhane avaient entamée. Une déclaration commune, longuement négociée, a permis à la France d’obtenir la «clarification» demandée.

Dans une déclaration commune, les présidents africains ont «exprimé leur souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel», avant de plaider pour «un renforcement de la présence internationale». «C’est symbolique, mais cela a son importance. On ne pouvait pas tolérer que ces contre-vérités et ces fantasmes sur la présence des armées françaises au Sahel restent sans réponse», assure un diplomate.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *