lun. Avr 6th, 2020

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Coronavirus: le monde du sport salue le report des Jeux de Tokyo à 2021  

Le Français Teddy Riner à Marrakech.
Le Français Teddy Riner à Marrakech. FADEL SENNA / AFP

La décision de reporter les Jeux olympiques de Tokyo entre janvier et l’été 2021, ce 24 mars, a été globalement saluée. Le maintien des JO 2020 aux dates prévues (24 juillet-9 août) était devenu critiqué, à cause de la pandémie mondiale de coronavirus.

BLICITÉC’est un soulagement unanime ou presque. Athlètes, dirigeants, organisations : ils étaient de plus en plus nombreux à réclamer le report des prochains Jeux d’été, prévus du 24 juillet au 9 août à Tokyo, à cause de la pandémie mondiale de coronavirus. Ce 24 mars, ils ont obtenu gain de cause, le Comité international olympique (CIO) et les autorités japonaises se sont accordés sur une reprogrammation des JO à définir entre janvier et l’été 2021.
 

Voir l'image sur Twitter
 Même certaines organisations, qui risquent pourtant d’être impactées par ce décalage, ont accueilli avec satisfaction ce choix. « World Athletics salue la décision du CIO et du gouvernement japonais, a par exemple indiqué la Fédération internationale d’athlétisme. Nous avons déjà commencé à discuter avec le Comité d’organisation des Championnats du monde d’athlétisme Oregon 2021 concernant un possible changement des dates [6 au 15 août 2021, NDLR] de cet événement populaire partout dans le monde ». L’autre discipline-phare des Jeux olympiques, la natation, se montre également conciliante par la voix de sa Fédération internationale (FINA), alors que ses Mondiaux sont pourtant censés se tenir à Fukuoka au Japon du 16 juillet au 1er août 2021.
 

Un accueil bienveillant en Afrique, également

En Afrique, le choix de repousser les Jeux de Tokyo à 2021 a également été bien accepté. « La décision est sage et pleine de bon sens dans l’intérêt des athlètes et des populations, a réagi le patron du comité olympique africain (ACNOA), Mustapha Berraf, au micro d’Antoine Grognet. Le CIO a démontré son haut sens de la responsabilité sociale et humanitaire en prenant cette décision conjointement avec les plus hautes autorités nippones. »

Le nageur Chad le Clos, l’une des figures de proue du sport africain, est allé dans le même sens : « Bonne décision de la part du Comité international olympique. On se remobilisera pour #Tokyo2021 lorsque ce sera le moment venu. Restez en bonne santé et en sécurité durant les prochaines semaines. »

Le Burkinabè Hugues Fabrice Zango, lui, ne peut toutefois pas s’empêcher d’avoir un pincement au coeur. « Forcément, il y a un peu de tristesse que les JO soient reportés, confie le triple sauteur à Christophe Jousset. Tu es déçu parce que tu les attendais depuis quatre ans. Et il faut les repousser encore d’une année. Ça va demander encore beaucoup d’efforts et de sacrifices. Ça laisse un petit goût amer. Mais je pense que c’est quand même une bonne décision dans ce contexte assez particulier ».

Jusqu’au bout, le Premier ministre japonais avait insisté pour le maintien des JO, malgré les conseils de ses scientifiques. Shinzo Abe aura été aveuglé par son obsession personnelle, analyse notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles. Il voulait en faire son principal héritage politique.

Le Premier ministre ne s’est jamais soucié du coût des Jeux. Leur seul report est estimé à plus de six milliards de dollars. Le Japon en récession a déjà investi plus de 30 milliards de dollars dans les Jeux. « Ils sont aujourd’hui maudits », disent les Japonais.