lun. Avr 6th, 2020

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Nouveaux affrontements en Libye entre les forces du GNA et celles du maréchal Haftar

rfi
Le chaos libyen: maison bombardée dans un quartier sud de Tripoli, le 28 février 2020.
Le chaos libyen: maison bombardée dans un quartier sud de Tripoli, le 28 février 2020. REUTERS/Ismail Zitouny

Les forces fidèles au gouvernement d’union nationale ont mené des attaques sur les différents fronts de Tripoli contre les forces du maréchal Haftar. Les forces du GNA ont aussi mené une attaque surprise pour récupérer la base aérienne d’al-Watiya à 125 kilomètres à l’ouest de la capitale.

Ces violences interviennent malgré la trêve acceptée par les deux parties la semaine dernière. Il s’agit des plus violents combats enregistrés depuis la bataille de Garian en juin dernier. Rien ne semble pouvoir stopper les combats en Libye : ni les appels internationaux ni les multiples trêves de l’ONU ni, non plus, le coronavirus. Bien au contraire les deux parties rivales semblent vouloir tirer profit de cette pandémie pour réaliser des avancées sur le terrain.

C’est ainsi que ce mercredi matin, les forces fidèles au gouvernement Fayez el-Sarraj ont lancé une attaque globale sur les différentes lignes de front. Bien au-delà de la capitale, ils ont visé la base aérienne d’al-Watiya, la seule sous contrôle de l’armée nationale libyenne à l’ouest du pays. Ils ont capturé sur cette base onze soldats de l’armée nationale libyenne, dont trois généraux.

 « Tempête de la paix »

Suite à ces développements inattendus, Fayez el-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement de Tripoli a annoncé l’opération baptisée « tempête de la paix » pour « défendre nos civils qui subissent les bombardements des forces terroristes ennemis » désignant ainsi des forces du maréchal Haftar. Il précise qu’il tient les engagements de son gouvernement à respecter la trêve : cette offensive n’est, dit-il, que pour se défendre.

Très rapidement, l’armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Haftar est arrivée à récupérer la base militaire et à étendre son contrôle sur une centaine de kilomètres de littoral vers la frontière tunisienne. Elle affirme qu’elle se positionne désormais à proximité du point de passage vers la Tunisie. Si elle se maintient, Tripoli sera encerclé à l’ouest comme à l’est par les forces fidèles à Khalifa Haftar.