jeu. Nov 26th, 2020

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Mali: Aqmi nomme son nouveau dirigeant pour succéder à Abdelmalek Droukdel

Mali: Aqmi nomme son nouveau dirigeant pour succéder à Abdelmalek Droukdel
RFIAbdelmalek Droukdel, tué, en juin 2020, lors d'une opération militaire française, dans le nord du Mali. (Photo d'illustration)
Abdelmalek Droukdel, tué, en juin 2020, lors d’une opération militaire française, dans le nord du Mali. (Photo d’illustration) AFP/THOMAS COEX
Texte par :RFI

D’après plusieurs sites spécialisés, al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a nommé un de ses cadres à la tête de l’organisation pour remplacer Abdelmalek Droukdel, tué en juin dernier, lors d’une opération militaire française, dans le nord du Mali. Le nouveau chef s’appelle Abou Oubéïda Youssef. C’est un membre influent d’Aqmi. Notre correspondant à Bamako a visionné la vidéo qui annonce la nomination du nouvel émir d’Aqmi ainsi que d’autres nouvelles.

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

La vidéo, mise en ligne par l’organe de propagande d’al-Qaïda  Maghreb islamique (Aqmi), dévoile le nom de son nouveau chef: Abou 0beïda Youssef Al-Annabi.

C’est un ancien membre influent du conseil consultatif du même groupe jihadiste. Il est donc en terrain connu. Comme son prédécesseur, il est Algérien de nationalité. Son image apparaît dans le document où, vêtu de blanc, il arbore une barbe fournie de la même couleur.

Le commentateur des images fait son éloge et répète, plus d’une fois, que c’est bien Abou Obeïda qui est désormais aux commandes et, pour bien mettre en valeur le nouvel émir d’Aqmi, à côté de sa photo, figurent des informations sur son parcours de jihadiste.

La même vidéo de propagande affiche d’autres informations sur deux autres personnes. Ainsi, al-Qaïda au Maghreb islamique confirme, encore une fois, la mort de son ancien chef, Abdelmalek Droukdel. Ce dernier a été tué, en juin dernier, par les forces françaises dans le nord du Mali, avec l’aide des Américains.

Le commentateur de la vidéo récite des poèmes à la gloire des morts et montre des images du même Droukdel, comme s’il lui rendait hommage.

Dans le même document, habillée en noire, voilée, on reconnaît l’otage suisse Béatrice Stockli, enlevée en 2016, à Tombouctou, dans le nord du Mali. Elle parle mais on n’entend pas ce qu’elle dit. Le groupe djihadiste confirme son décès.