ven. Fév 26th, 2021

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

 Sénégal : Démarrage de la production en 2023 du projet gazier de 4.8 milliards $ soutenu par BP

Sénégal : Démarrage de la production en 2023 du projet gazier de 4.8 milliards $ soutenu par BPBloomberg – Le développement du champ gazier de Grand Tortue Ahmeyim, à cheval sur les eaux offshore de la Mauritanie et du Sénégal, devrait produire son premier gaz en 2023 à la suite de retards liés à la pandémie de coronavirus, selon la ministre sénégalaise du Pétrole, Sophie Gladima.

Les deux pays et les compagnies pétrolières internationales BP Plc et Kosmos Energy Ltd. collaborent sur le projet de 4,8 milliards de dollars visant à produire 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an et 70 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour dans sa première phase, soit à égalité. partagé entre le Sénégal et la Mauritanie, a déclaré Gladima en réponse aux questions envoyées par courrier électronique.

«Le début de la pandémie a coïncidé avec une période clé correspondant au développement des gisements de pétrole et de gaz», a-t-elle déclaré. «De nombreuses activités liées au développement, telles que la mobilisation des ressources et des personnes, les phases de construction sur divers sites dans le monde et les installations ont été affectées.

Le retard par rapport à un démarrage prévu en 2022 a privé le Sénégal des revenus pétroliers et gaziers indispensables alors que son économie cherche à se remettre de l’impact de la pandémie, qui a abaissé son objectif de croissance économique pour 2020 à 0,7%. Entre 2014 et 2017, des réserves de plus d’un milliard de barils de pétrole et de 40000 milliards de pieds cubes de gaz ont été découvertes au Sénégal – la plupart partagées avec la Mauritanie, selon le Fonds monétaire international.

C’est pourquoi le Sénégal a été salué comme l’un des nouveaux producteurs les plus prometteurs de la région et un possible futur membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

«Toute discussion sur l’adhésion ou non à une organisation internationale est prématurée», a déclaré Gladima. «Le Sénégal se concentre sur le développement de ses projets pétroliers pour atteindre son objectif de démarrage de la production à partir de 2023», a-t-elle déclaré. Les ressources seront utilisées «pour bâtir une économie connectée et compétitive» grâce à la réduction des coûts d’électricité, au développement du contenu local et à l’industrialisation.

Les centrales électriques gérées par la société publique Senelec et des producteurs indépendants tels que le Karpowership turc devraient passer du combustible lourd au gaz après la fin des projets de production de gaz à l’électricité, a déclaré le président Macky Sall lors d’une conférence sur le climat en octobre.

«L’électricité est chère au Sénégal – le coût de production est élevé», a déclaré Kissy Agyemang-Togobo, associé directeur de Songhai Advisory Group Ltd. «L’électricité coûte cher au Sénégal – le coût de production est élevé», de nombreuses usines fonctionnant à l’importation carburant, dit-elle.

Le projet Sangomar du Sénégal, développé par Woodside Energy, basé à Perth, en Australie, avec une capacité de production estimée de 75 000 à 100 000 barils de pétrole par jour, devrait également démarrer la production en 2023, a déclaré Gladima. Le projet de 4,2 milliards de dollars recevra 18% de son financement de la compagnie pétrolière publique Petrosen, a-t-elle déclaré.

Le pays avait déjà commencé à récolter les fruits de ses découvertes lorsque la pandémie a frappé. Les revenus du gouvernement issus du secteur des hydrocarbures ont atteint 22,8 milliards de francs CFA (42,5 millions de dollars) en 2019, une augmentation de 37% par rapport à 2018, selon un rapport du Comité national de l’Initiative pour la transparence des industries extractives. La hausse cette année-là a été tirée par un ajustement fiscal de 5,21 milliards de francs CFA versé par Kosmos Energy.

Un autre champ de gaz, Yakaar-Teranga, une ressource de 15 à 20 billions de pieds cubes, cherche à démarrer sa production en 2023 ou 2024, a-t-elle déclaré.

Par Katarina Hoije et Momar Niang