ven. Fév 26th, 2021

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Somalie: le contingent ougandais de l’Amisom affirme avoir tué 189 shebabs

RFIDes soldats de l'Amisom en poste au nord de Mogadiscio. (Photo d'illustration)
Des soldats de l’Amisom en poste au nord de Mogadiscio. (Photo d’illustration) REUTERS/Stuart Price
Texte par :RFI

C’est l’une des opérations qui a tué le plus de shebabs en moins de vingt-quatre heures. Le contingent ougandais de l’Amisom, la force africaine en Somalie, a affirmé avoir éliminé 189 terroristes islamistes entre vendredi soir et samedi matin. Une série d’attaques ont été menées contre plusieurs villages au sud-ouest de Mogadiscio. Les Ougandais ont notamment des hélicoptères d’attaque qui ont souvent manqué tout au long du mandat de l’Amisom.

 Dans une opération qu’ils ont décrite comme « surprise et rapide », les Ougandais ont fait carton plein… Le contingent a lancé des troupes au sol appuyées par plusieurs hélicoptères d’attaques. Les engins ont mitraillé, du ciel, au moins trois villages, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Mogadiscio et connus pour être des repères shebabs.

Une réunion de responsables islamistes a également été perturbée et plusieurs participants blessés. Deux commandants shebabs ont été arrêtés et livrés à l’armée somalienne. Les Forces de défense du peuple ougandais (UPDF) affirment avoir, au passage, détruit véhicules, armes et matériel.

Le gouverneur de la région Bas-Shabelle a confirmé l’opération et son bilan très lourd pour les terroristes, un succès dû, en grande partie, à l’utilisation d’hélicoptères d’attaque dont le manque a toujours été critiqué au sein de l’Amisom.

Pourtant, en février 2012, la livraison de douze appareils avait été autorisée par l’ONU mais quelques mois plus tard, trois hélicoptères ougandais en route pour la Somalie se sont écrasés, mettant un coup d’arrêt au projet. Depuis, ce type d’engins n’était utilisé que par le Kenya et l’Éthiopie, en dehors du cadre de l’Amisom.

 La force africaine a enfin reçu trois hélicoptères MD-500, en décembre 2016. Puis, fin 2020, l’Ouganda a déployé une unité aérienne, fruit d’un partenariat avec l’ONU et l’Amisom, dont le premier fait d’armes majeur vient d’être enregistré, ce week-end.

À lire aussi: Somalie: série d’attaques lancées par les shebabs contre les bases de l’Amisom