sam. Oct 23rd, 2021

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Israël admis à l’Union africaine (UA) en tant qu’État observateur : une décision qui divise

De nombreux pays africains disent n’avoir pas été consultés pour la décision prise durant l’été par le président de la commission de l’UA, le tchadien Moussa Faki Mahamat.
France Télévisions  Rédaction Afriq
Publié 
 Temps de lecture : 2 min.
Le commissaire de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, au siège de l'Union africaine. C'est à lui qu'est revenu la décision d'accorder à Israël le statut de "pays observateur à l'UA". Addis-Abeba le 6 février 2020 (MINASSE WONDAMU HAILU / ANADOLU AGENCY)
Le commissaire de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, au siège de l’Union africaine. C’est à lui qu’est revenu la décision d’accorder à Israël le statut de « pays observateur à l’UA ». Addis-Abeba le 6 février 2020 (MINASSE WONDAMU HAILU / ANADOLU AGENCY)

Israël est devenu, le 22 juillet 2021, membre de l’Union africaine avec un statut d’observateur. Aleli Admasu, l’ambassadeur israélien à Addis-Abeba, a présenté fin juillet ses lettres de créances au président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, et a soumis la charte d’Israël en tant que membre observateur à l’Union africaine, selon un communiqué discret de l’organisation panafricaine.

Victoire diplomatique

Une victoire diplomatique pour l’Etat hébreu, après une très longue bataille. Le gouvernement israélien a célébré l’événement dans un communiqué.

« C’est un jour de fête pour les relations israélo-africaines. Cela corrige une anomalie qui a perduré pendant près de deux décennies et représente une partie importante du renforcement des relations extérieures d’Israël « 

Yaïr Lapid, ministre israélien des Affaires étrangères 

Journal Times of Israël

Israël avait ce statut d’observateur au sein de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) ancêtre de l’Union africaine. Mais en 1973, tous les pays membres de l’OUA ont rompu leurs relations diplomatiques avec Israël en solidarité avec l’Egypte dont une partie du territoire, le Sinaï, était occupée par l’armée israélienne suite à la guerre de Kippour.

Israël entretient aujourd’hui des relations avec 46 pays africains sur les 55 que compte l’UA. L’Etat hébreu a récemment rétabli ses relations diplomatiques avec le Tchad, la Guinée, et le Soudan (suite à son adhésion aux Accords d’Abraham). Il a également fortement renforcé ses liens avec le Maroc, le Rwanda, l’Ouganda, le Kenya et l’Ethiopie. Autant d’alliés sur le continent.

Demande d’explications

Des demandes d’explications sont en revanches venues de plusieurs pays opposés à ce statut d’observateur. L’Afrique du Sud s’est dite « consternée par la décision injuste et injustifiée de la Commission de l’UA d’accorder à Israël le statut d’observateur au sein de l’Union africaine ». La Commission de l’UA a pris cette « décision unilatéralement » sans consulter ses membres, selon le ministère sud-africain des Affaires étrangères.

« Israël continue d’occuper illégalement la Palestine en faisant fi de ses obligations internationales et des résolutions de l’ONU. La décision de lui accorder le statut d’observateur est encore plus choquante en cette année où le peuple opprimé de Palestine a été persécuté par des bombardements destructeurs et la poursuite de la colonisation illégale sur ses terres. » a dénoncé la diplomatie sud-africaine. Soutien historique de la Palestine, Pretoria a sommé Moussa Faki de s’expliquer sur sa décision. Alger, Tunis, Le Caire, Nouakchott et Tripoli se sont également opposés à la présence d’Israël à l’UA, en raison de la question palestinienne.

L’Autorité palestinienne, quant à elle, bénéficie de ce statut d’observateur à l’UA, où elle compte d’importants soutiens. Dans son communiqué, le président de la Commission Moussa Faki Mahamat souligne que l’UA  » a été très claire sur sa position selon laquelle, dans la question de la Palestine et d’Israël, une solution à deux Etats est nécessaire à une coexistence pacifique « .

Partenariats renforcés

Israël affirme de son côté avoir des tisser des partenariats de grande ampleur avec les pays africains notamment dans les domaines de l’agriculture, de la lutte contre le terrorisme, de la high tech…. L’Etat hébreu explique vouloir renforcer ses liens avec l’Afrique, en raison de sa proximité géographique avec le continent, mais aussi du fait qu’il compte d’importantes communautés d’origine éthiopienne et marocaine.

À en croire les quelques pays africains qui se sont publiquement exprimés sur le sujet, aucune consultation générale n’a été menée auprès des 55 États membres avant que l’accréditation de l’ambassadeur israélien soit actée par le président de la Commission de l’UA. Mais seule une dizaine de pays y semble réellement opposée.