mar. Sep 28th, 2021

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Un ancien chef espion du Venezuela recherché par les États-Unis arrêté en Espagne

Un ancien chef espion du Venezuela recherché par les États-Unis arrêté en EspagneLe Figaro – La police espagnole a annoncé jeudi soir avoir arrêté un ancien chef du renseignement militaire vénézuélien, recherché par les États-Unis qui l’accusent de trafic de drogue.
Le général Hugo Armando Carvajal, dit «le gamin», chef du renseignement militaire durant la présidence du défunt Hugo Chavez, a été arrêté à Madrid, a indiqué la police nationale espagnole sur Twitter.

«Il vivait totalement cloîtré, dans sortir ou regarder par la fenêtre, constamment protégé par des fidèles», a précisé la police en diffusant une courte vidéo de son arrestation par des agents en tenue de protection.

Carvajal avait disparu après qu’un tribunal espagnol, en novembre 2019, avait approuvé une demande d’extradition américaine justifiée par des accusations de trafic de drogue. La police s’était rendue à son domicile madrilène pour l’arrêter, en vain, et son avocat assurait ne pas savoir où il était.

«Le gamin» avait été dégradé par l’administration du président Nicolas Maduro, l’héritier moral d’Hugo Chavez, car il avait pris position pour Juan Guaido en février comme président du Venezuela. Il s’était enfui par la mer jusqu’en République dominicaine avant de gagner l’Espagne. Carvajal est recherché depuis longtemps par le Trésor américain qui le soupçonne d’épauler les FARC colombiennes dans leur trafic de drogue.

Dans un acte d’accusation de 2011 par exemple, les États-Unis l’accusaient d’avoir coordonné le transport de plus de 5,6 tonnes de cocaïne destinée au marché américain depuis le Venezuela jusqu’au Mexique.

Il risque une peine de 10 ans de prison à la perpétuité et dément toute implication dans le trafic de drogue. Il avait été arrêté en Espagne en avril 2019 et relâché en septembre lorsque la justice espagnole avait refusé son extradition au motif que la requête était «vague» et «motivée politiquement». En novembre, la cour avait changé d’avis mais Carvajal avait pris la fuite.

Par Le Figaro avec AFP