sam. Oct 23rd, 2021

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Reçu par le ministre malien de la Défense, le patron de Barkhane veut rassurer

RFI
Selon le patron de Barkhane, la réarticulation du dispositif militaire français au Mali se fait en étroite collaboration avec les forces armées nationales.
Selon le patron de Barkhane, la réarticulation du dispositif militaire français au Mali se fait en étroite collaboration avec les forces armées nationales. AP – Jerome Delay

Le général Laurent Michon a été reçu ce mardi 5 octobre par le ministre malien de la Défense, le colonel Sadio Camara. Il a été surtout question de la réorganisation du dispositif militaire français sur le terrain.

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

« Ça s’est passé dans une bonne ambiance », commentent les responsables maliens et français ayant assisté à la rencontre. Après une réunion plénière entre les deux délégations, le ministre malien de la Défense, le colonel Sadio Camara, et le commandant en chef de la force Barkhane, le général Laurent Michon, se sont entretenus en tête-à-tête.

Cette visite survient après les propos polémiques du Premier ministre Choguel Maïga selon lequel la France a abandonné le Mali, et tandis que les rumeurs d’un accord entre Bamako et la société privée russe Wagner se font insistantes. De source proche des deux délégations, le dossier Wagner n’a pas été évoqué. Au sujet de « l’abandon » dénoncé par le chef du gouvernement malien, le patron des troupes françaises a voulu rassurer.

Toujours un appui aérien

Au cours de la rencontre, le colonel Sadio Camara a exprimé la volonté de son pays de poursuivre la coopération militaire avec la France. De son côté, le général Laurent Michon, explique que la réarticulation du dispositif militaire français sur le terrain se fait en étroite collaboration avec les forces armées maliennes (Fama). Barkhane a, par exemple, aidé récemment un contingent de l’armée malienne à se rendre dans la localité de Tessalit dans le nord pour assurer une relève. Le commandant en chef de Barkhane affirme que l’appui de l’armée française a également permis le déploiement à Ménaka de l’armée malienne reconstituée – composée d’ex-rebelles et d’éléments de l’armée régulière.

Il explique ensuite que dans les trois localités du nord où Barkhane retire ses troupes, déjà réduite, la puissance militaire française restera toujours aux côtés des Fama et les casques bleus en cas d’attaque terroriste : « Nous avons la possibilité qui est inchangée en volume et en délai d’envoyer un appui aérien. »Toujours dans le nord, il a assuré que la force européenne Takuba sous commandement français continue à appuyer l’armée malienne dans la région dite des trois frontières.