(Genève) L’Organisation mondiale de la santé devrait bientôt reprendre l’examen du vaccin russe contre la COVID-19, Spoutnik V, a assuré jeudi une responsable de l’organisation, les discussions avec Moscou étant « sur le point d’être résolues ».

Jusqu’à présent, l’OMS a homologué un petit nombre de sérums, parmi lesquels les vaccins Pfizer/BioNTech, Moderna, Sinovac et Sinopharm ainsi que plusieurs versions de celui développé par AstraZeneca.

« Le Spoutnik V a commencé le processus (d’homologation, NDLR) auprès de l’OMS plus tôt dans l’année, et le processus a été suspendu en raison de procédures juridiques manquantes », a déclaré la docteure Mariangela Simao, chargée de l’accès aux médicaments à l’OMS, en conférence de presse.

Elle n’a toutefois pas précisé de quelles procédures il s’agissait.

« Je suis heureuse de dire que les discussions avec le gouvernement russe sur ce problème sont sur le point d’être résolues », a annoncé l’experte.

Puis, elle a ajouté : « Certaines informations […] doivent encore être fournies, et il y a aussi les questions concernant la finalisation des inspections dans les différents centres de production en Russie, mais je suis heureuse de dire que le processus est sur le point de démarrer ».

La Russie est l’un des États au monde où la pandémie a fait le plus de morts. La population se montre très méfiante à l’égard des sérums élaborés en Russie et dont le Kremlin n’a cessé de faire la publicité, en particulier le Spoutnik V qui a été lancé avant même l’achèvement des essais cliniques.

Si des études semblent confirmer son efficacité, ni l’OMS ni l’Union européenne ne l’ont encore approuvé.