mer. Déc 8th, 2021

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Soudan: 12 ministres démissionnent pour protester contre l’accord avec les militaires

– Le Premier ministre Abdallah Hamdok a retrouvé son poste après avoir signé un accord politique avec le conseil militaire au pouvoir au Soudan
Soudan: 12 ministres démissionnent pour protester contre l'accord avec les militaires

AA / Khartoum, Soudan / Talal Ismail

Douze ministres ont présenté, lundi, leur démission au Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok, en signe de protestation contre l’accord politique conclu avec le conseil militaire au pouvoir dans le pays.

Hamdok a retrouvé son poste, dimanche, après avoir signé un accord politique avec le chef du conseil militaire au pouvoir, le général Abdelfattah al-Burhan, pour mettre fin à une crise de plusieurs semaines qui menaçait de compromettre la transition politique au Soudan.

Si l’accord a été largement salué par la communauté internationale, les forces politiques soudanaises l’ont rejeté, y voyant une « tentative de légitimer le coup d’État ».

Parmi les ministres démissionnaires figurent les ministres des affaires étrangères, de la justice, de l’agriculture, de l’irrigation, des investissements et de l’énergie, selon un communiqué publié par les ministres intéressés.

Les ministres de l’enseignement supérieur, du travail, des transports, de la santé, de la jeunesse et des affaires religieuses ont également présenté leur démission.

Le communiqué indique que les cinq ministres de la coalition des Forces de la liberté et du changement (FFC), qui partageait le pouvoir avec les militaires avant que l’armée ne prenne le pouvoir le mois dernier, n’ont pas pu assister à la réunion du cabinet de lundi.

Les ministres n’ont pas donné d’explication sur les raisons de leur démission.

Les ministres démissionnaires faisaient partie d’un gouvernement de transition dirigé par Hamdok qui a été dissous le 25 octobre par al-Burhan.

Celui-ci avait alors décrété l’état d’urgence et limogé le gouvernement de transition, dans un contexte de protestations et d’accusations entre militaires et politiciens.

Des dizaines de personnes ont été tuées au cours de manifestations réclamant un gouvernement civil, depuis la prise du pouvoir par les militaires le 25 octobre dernier.

*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj