sam. Mai 28th, 2022

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre le Sénégal et la Mauritanie

 Lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre le Sénégal et la Mauritanie
Lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre le Sénégal et la MauritanieLe lancement des travaux de construction du pont de Rosso, qui reliera les deux rives du fleuve Sénégal entre la Mauritanie et le Sénégal sur 1,4 kilomètre est prévue ce mardi 30 novembre 2021 en présence des deux Chefs d’Etat.

La réalisation du Pont de Rosso fait suite aux instructions données par le Président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazaouani et le Président Macky Sall, aux ministres concernés par ce projet d’accélérer le démarrage des travaux.

Cette initiative traduit ainsi la ferme et commune volonté d’impulser un souffle nouveau aux relations entre les deux pays frères, en agissant ensemble pour construire, à tous les niveaux, une collaboration dynamique, positive et confiante.

Les ministres sénégalais et mauritaniens en charge des Transports terrestres et des Finances ont signé le jeudi 25 mars, à Rosso Mauritanie, les contrats pour la construction du pont de Rosso entre le Sénégal et la Mauritanie.

Une fois le pont achevé, le trafic quotidien moyen bondirait de 115 véhicules à 370 à sa mise en service, puis à 3 210 à l’horizon 2048. Les véhicules gagneront deux heures sur le trajet de Nouakchott à Dakar, long de 550 kilomètres.

D’un coût d’investissement de 88 millions d’euros (57,7 milliards FCFA) – cofinancé par la BAD (41 millions €), l’UE (20 millions €), la Banque d’investissement européenne (22 millions €) et les deux pays – le pont Rosso d’une longueur de 1 500 mètres va relier les deux rives du fleuve Sénégal qui sépare les deux pays.

La construction de cette infrastructure permettra de faciliter le transport, réduira la durée du trajet et développera les échanges commerciaux en le Sénégal et la Mauritanie, notamment avec la mise en œuvre de la Zlecaf, la zone de libre-échange continentale.

« Il permettra en outre de développer les activités de transport le long des corridors transafricains Tanger-Lagos et Alger-Dakar, dans une perspective de consolidation de l’intégration Sud-Sud entre l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb », explique la BAD.

Par Isselkha Idoumou Ivly
Pour Cridem