ven. Juil 1st, 2022

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Brakna :  fin à Boghé Atelier de capitalisation des acquis et clôture du projet d’appui à l’artisanat, à la culture et la cohésion sociale dans le pôle d’activités de Boghé. (Reportage – photos)

 

L’hôtel thiorphy de Boghé a abrité ce 24 Mai 2022 la cérémonie de clôture du projet d’appui à l’artisanat, à la culture et la cohésion sociale dans le pôle d’activités de Boghé.

Le démarrage de l’atelier a été marqué par le discours de la maire adjointe de Boghé Madame Mariam Sy, qui a souhaité la bienvenue aux participants et exprimé sa reconnaissance aux multiples acteurs et parties prenantes de ce projet à savoir l’union européenne, World Vision, TENMIYA sans oublier les services déconcentrés de l’état. Dans son discours la maire adjointe a insisté sur l’importance de ce projet vu son impact en terme de renforcement de capacités, de financement des projets de développement et la mise en réseau des organisations bénéficiaires et aussi la création des synergies pour rendre possible un développement humain et durable.

Liu, succédant le directeur national de World vision qui dans son mot introductif a remercié les participants d’avoir accepté l’invitation, rappelé que World Vision en tant qu’organisation a comme vision d’accompagner les communautés pour leurs bien être et que ce projet vient non seulement renforcer les capacités des organisations locales mais aussi assurer leur autonomisation pour en faire des partenaires responsables et aptes bien jouer leur rôle dans la gestion du développement local.

Cette allocution a été suivie de celui de la représentante de l’Union Européenne Madame Yvonne Kapella qui dans son discours a rappelé la vision stratégique de son institution d’une manière générale pour accompagner la Mauritanie dans sa stratégie de développement à travers le plan stratégique de la SCAPP en d’autres termes la stratégie de croissance accélérée pour la prospérité partagée.

Mais aussi sa vision stratégique particulière pour accompagner la société civile mauritanienne à travers les instruments d’appui et d’assistance, elle a rappelé l’engagement et la volonté de l’UE de travailler à côtés des communautés pour relever les défis de développement et notamment dans la lutte contre la radicalisation des jeunes en ce qui concerne l’extrémisme violent et la participation des femmes dans le développement local.

Après le discours de la représentante de l’UE c’était au tour du Wali du Brakna de prendre la parole pour ouvrir officiellement l’atelier.

Il a dans son allocution, il a remercié tous les participants des efforts consentis dans tout le processus de réalisation de la phase de mise en œuvre de ce projet et réitère son engagement et celui de l’état à accompagner les acteurs dans le cadre du développement local.

Ensuite, le Directeur de la Société Civile qui a dans son allocution remercié les participants et rappelé l’engagement de l’état à travailler main dans la main avec les organisations de la société civile.

Ce fut ensuite, la présentation du projet PESCC2 par le chef de projet Mr Pape Daouda Diallo, en brossant un exposé bien détaillé sur les composantes du projet, il a fait un tour complet sur les aspects les plus essentiels du projet à savoir les objectifs, les résultats attendus, les activités menées, les impacts et les obstacles rencontrés.

Les participants ont été invités à prendre une pause-café.

Ensuite les invités ont pu visiter les stands de l’exposition organisée par les coopératives bénéficiaires qui ont présenté les différents produits maraichers, les objets d’art et autres articles qu’ils ont pu réaliser lors de la mise en œuvre de leurs microprojets dans le cadre des financements en cascade.

Après cette visite, un débat ouvert a été lancé dans le but de cueillir les avis et les impressions de chacun et de partager les bonnes idées pour les perspectives à venir, pour un certain nombre de participants, il faut renforcer les analyses afin d’identifier les principales forces, faiblesses, opportunités et menaces éventuelles dans une logique de perspectives et de réajustements à opérer en cas de nécessité et d’autres se sont focalisés sur les obstacles rencontrés lors de la mise en œuvre du projet et les solutions qui ont été apportées et aussi les problèmes qui restent toujours en suspens.

Enfin, un tour de table complet des intervenants.

Rappelons, que la majorité des intervenants sont d’accord que le projet est pertinent vus les résultats obtenus et qu’il répond adéquatement aux priorités des communautés bénéficiaires et qu’aujourd’hui il n’y a aucun doute sur la nécessité de son prolongement et de son extension dans d’autres zones de la région.

Mohamedou Abou Diop (les traces de l’info)