En réplique à Benno bokk yaakaar qui a crié victoire au soir des Législatives, l’inter-coalition Yewwi askan wi et Wallu déclare de son côté avoir obtenu la majorité avec 83 sièges sur les 165.

Par Aliou DIALLO – L’inter-coalition Yewwi askan wi et Wallu réclame la victoire avec un total de 83 sièges engrangés après les législatives de dimanche dernier. Le prochain Président de l’Assemblée nationale sera issu de leur camp d’après la Conférence des leaders lors d’un point de presse hier, au siège du parti de leur mandataire national, Déthié Fall. Ce dernier a affirmé que sur 112 députés issus de la liste départementale, 55 sont remportés par l’inter-coalition Yewwi-Wallu. Selon toujours leur décompte sur la proportionnelle où seront choisis 53 députés, ils auraient au moins 28 députés.
Pour les 55 députés, il s’agit de Dakar (7), Rufisque (2), Keur Massar (2), Pikine (5), Guédiawaye (2), Thiès (4), Tivaouane (2), Bignona (2), Ziguinchor (2), Oussouye (1), Kebemer (2), Bambey (2), Mbacké (5), Saint-Louis (2), Sédhiou (2), Goundomp (2), Saraya (1), Europe du Sud (3), Europe du Nord, de l’Ouest et du Centre (3), Amérique et Océanie (1), Asie et Moyen-Orient (1), Afrique du Nord (1), Afrique australe (1). Donc disent-ils, ils ont obtenu la majorité à l’Assemblée nationale en «renvoyant Benno bokk yaakaar dans l’opposition parlementaire». Face à la presse, les responsables de l’inter-coalition Yewwi-Wallu s’en sont pris à Aminata Touré, tête de liste nationale titulaire de la mouvance présidentielle qui, au soir du scrutin, a donné vainqueur Benno bokk yaakaar qu’ils accusent de «manipulation».
«Ces départements que nous avons gagnés, si on cumule le nombre d’électeurs dans ces différents départements, c’est 55% du fichier électoral. Donc, les départements supposés gagnés par Benno bokk yaakaar ne représentent que 45%. Nous avons pris les départements à grand potentiel électoral», argumente encore le mandataire national de Yewwi askan wi. Pour sa part, Cheikh Tidiane Youm a mis en garde le camp présidentiel contre une confiscation de leur victoire. «La victoire est claire. Ils ne peuvent plus voler. 2022 n’est pas 2017. Aujourd’hui, la cohabitation est une réalité. Elle est obligatoire. Elle est irréversible. Les Sénégalais ne veulent plus de la Coalition Benno bokk yaakaar, ne veulent plus de Macky Sall, ne veulent plus de sa gouvernance. Ils ne doivent pas poser les germes de futurs troubles dans ce pays», dit-il. Khalifa Sall a pour sa part, demandé aux Sénégalais de rester vigilants face au camp du pouvoir. Le face-à-face avec la presse s’est déroulé sans Ousmane Sonko.