dim. Déc 4th, 2022

Les traces de l'Info

L'INFO dans la diversité

Mali : ouverture d’une conférence sociale pour répondre aux revendications catégorielles Par

Au Mali, environ 344 préavis de grèves ont été  enregistrés  par le Ministère du Travail, de la Fonction publique et du Dialogue social  et  ses services centraux et déconcentrés  entre 2019 et 2021. Ces préavis  de grèves suivis souvent par les arrêts de travail ont affecté sérieusement certains secteurs vitaux  du pays  tels que  l’éducation, la santé, la justice, le trafic aérien, l’économie nationale et même la sécurité. Les autorités de la transition veulent, à travers cette conférence sociale, aboutir à un pacte de stabilité sociale. Pour la circonstance, les  délégués des centrales syndicales, le patronat et les représentants de l’Etat  vont engager les débats autour des multiples revendications syndicales dans les secteurs public et privé.

La conférence  sociale va  porter, selon la ministre  du Travail et de la Fonction publique, Awa Paul Diallo,  sur  l’exercice de la liberté syndicale, les revendications salariales et l’amélioration des conditions générales de travail,  la représentativité syndicale, la gestion des carrières,  la santé et la sécurité au travail, les licenciements . S’y ajoute à  la gestion des questions liées aux départs volontaires, des compressés, les questions d’intégration des contractuels dans la fonction publique  et la sécurisation des lieux de travail.

La tenue de la conférence sociale est une recommandation du dialogue national inclusif et les assises nationales de la refondation qui avaient enjoint au gouvernement  à trouver  une solution durable et pérenne des conflits liés au travail.

Ainsi, elle devrait permettre à l’Etat, le patronat et les syndicats de faire un diagnostic clair des causes réelles de la détérioration constante du climat social, d’identifier les inégalités salariales et leurs causes pour plus d’équité et de justice sociale. « La conférence sociale permettra d’identifier les besoins de renforcement des capacités des acteurs tripartites, les besoins de renforcement du cadre juridique et institutionnel du dialogue social, de favoriser l’élaboration et la signature d’un Pacte de stabilité sociale et  de proposer des mécanismes appropriés de préservation d’une paix sociale durable », a souligné le premier ministre par intérim. Lequel a endossé la détérioration du climat social aux facteurs démographiques, les inégalités sociales, les licenciements aux motifs économiques et l’absence des services sociaux de base dans certaines parties du pays.

Le Gouvernement Malien organise cette conférence sociale  en coopération avec le Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), les Organisations syndicales de travailleurs, avec l’appui  technique du Bureau International du Travail (BIT). Elle doit aboutir à  l’élaboration d’un pacte de stabilité sociale et un plan d’action de mise en œuvre des recommandations.

 Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net